Sortir de la solitude

mercredi 02 juin 2021

Bonjour,

Aujourd’hui nous nous intéressons à un des fléaux de notre société, qui touche 7 millions de personnes en France et qui ne cesse de progresser: La solitude.

En effet, pour une grande partie de la population, la solitude est devenue une préoccupation prioritaire. Que se soit pour compenser un manque d’amitié, d’amour, d’affection, de relations ou par défaut de communication, entre le moi et les autres, notre cœur balance, comme un bateau dans la tempête. Alors, pour ne pas avoir le cœur au bord des lèvres, ce qui va suivre va vous intéresser.

Et ce que je vais vous dire va peut être même vous surprendre. Peut être même n’aurez-vous jamais rien entendu de tel.

Habituellement, lorsqu’on souhaite lutter contre la solitude, on multiplie les actions vers l’extérieur. Ce qui est bien sûr une bonne chose…Cependant, le sentiment de désert relationnel est intérieur et on lui cherche la plupart du temps uniquement une solution extérieure. D’où une certaine contrariété, voire peut être même une incohérence…Mais bon…Acceptons. Mais qu’est ce qui s’ouvre vers l’extérieur au juste?

Or, le cœur du sujet est bien ici et je vais vous montrer qu’échapper à la solitude c’est avant tout aller vers SOI avant d’aller vers les autres pour ensuite laisser les autres venir vers vous.

Pour vous le montrer je vais vous poser une simple question: Pourquoi la plupart des individus vivant au cœur d’une métropole se sentent seuls alors que certaines personnes, au milieu de la montagne se sentent bien? Pourtant, s’il y a un lieu qui symbolise l’offre communautaire, c’est bien la ville. Pourquoi une telle contradiction?

Car souvent, les personnes qui cherchent à sortir de leur retranchement affectif ressentent cette exploration interne comme de l’ennui et ont parfois même de l’appréhension à le faire, trouvant qu’elles sont suffisamment seules comme ça. Pas besoin d’en rajouter.

Pour d’autres personnes, c’est tout simplement le mépris qui accueille cette possibilité.

Parce qu’aujourd’hui, l’individu a perdu de vue une notion essentielle à l’être humain…La notion du SOI. Parfois également nommée la conscience de SOI.

Il cherche INLASSABLEMENT à se connecter à ce SOI afin de se sentir unifié à un tout…et s’enfonce dans le moi…jusqu’à se retrouver muré dans sa solitude.

A partir de là, débute son existence solitaire. Il perd ses repères et perd de vue la différence entre l’essentiel et l’accessoire. Les remords d’avoir dit ou de ne pas avoir dit, d’avoir fait ou de ne pas avoir fait se multiplies. Dégoûté et écœuré par ces allers et retours incessants, la peine de voir tous ces efforts réduits au néant accable et la tristesse commence à nous affecter.

Ainsi vient de naître le chagrin d’être seul. On baisse les bras.

Impuissant, on se déconnecte. Fatigué de tous ces efforts en vain. Les batteries sont à plat, parfois pour longtemps.

Et si ce qui nous bloque, nous laisse écartelé était justement cet effort permanent. Cette lutte du moi vers les autres?

Alors arrêtons enfin d’être ce moi, ce pâle reflet de SOI qu’on souhaite que nous soyons. Car la vie moderne, la société de consommation et de l’apparence favorise et cultive l’attachement au moi et empêche par la même occasion de se libérer et de redevenir SOI. Reprenez les rênes de votre vie, marchez vers votre réalisation pour aller vers l’autre.

Alors voilà, j’entends certaines personnes me dire « Mais ce que je veux c’est être avec d’autres et non être avec mon SOI ! »…Et je suis entièrement d’accord avec ça…Mais ces personnes là sont dans la lutte quotidienne alors qu’elles devraient être dans l’envie de renouer avec la tranquillité et d’installer une base stable et sereine.

Car il n’y a aucun rapport entre la solitude et le physique de la personne, son âge ou son poids.

Il y a également des différences entre isolement objectif, c’est à dire le fait d’être seul et le ressentit de la solitude. Les personnes qui endurent la solitude n’ont pas moins d’habilités sociales mais les emploieraient moins que les autres.

Il y a apparition d’une mauvaise estime de SOI qui provient de multiples facteurs :

  • d’ordre psychologique
  • d’ordre cognitif
  • d’ordre émotionnel

Le facteur du sentiment social d’isolement n’est que la conséquence visible et mesurable des facteurs précédents, qui eux, sont directement liés au SOI et sont à l’origine du vide existentielle ressentit. Donc très peu de lien directs vers l’extérieur.

A force de se forcer à aller chercher les autres, on se perd soi même et on perd ensuite le lien avec ses semblables.

Apprenons à nous enchanter de cette découverte de SOI. Ressentons cet enthousiasme à se comprendre. Les liens ainsi tissés nous recentrent vers la joie. La joie que nous ferons pousser donnera l’espoir aux autres et nous gagnerons cet optimisme que demain sera mieux accompagné qu’aujourd’hui.

Alors profitons de se qui se passe pour comprendre ce qui s’y joue depuis hier et jusqu’à demain.

Ainsi, comme je viens de vous le montrer, la solitude est avant tout une affaire individuelle donc quelque chose sur laquelle VOUS pouvez agir. La méthode du Palais Consciencieux en est le chemin et moi, Stéphane BOSCH, hypnothérapeute je serai votre accompagnateur.

Car ce que je vous propose c’est d’apprendre de ces anciens moments subis comme un vide pour les transformer en des moments pour SOI et à partir de ce socle là, de tisser des liens bons durables vers les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.